À fleur de vérité :Le spécialiste…
Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Diantre ! pourquoi faut-il que des aigris-vocable prisé par les partisans de mon cousin pour désigner ses adversaires- s’amusent à chercher noise à mon cousin ? Laissez-le se la couler tout doucettement dans son bunker à Sébénicoro !

En bons Malinkés, mes cousins s’entre-déchirent. Lanceni Balla Keïta, mécontent du traitement que son grand-frère lui aurait infligé -c’est ce qu’il prétend- a dévoilé les secrets gardés comme un trésor par mon cousin adoré. Il a dit aux Maliens que mon cousin adoré connaît bien et aime beaucoup le vin. De toutes sortes. Au point qu’il pourrait en devenir un fin-connaisseur. À la place du petit-frère Keïta que j’aurais emporté ce secret outre-tombe.

Ce qui m’a le plus marqué, en lisant le texte de Lanceni Balla Keïta, c’est qu’il m’a donné l’impression ; non, c’est plus fort que tout cela, il m’a donné le sentiment que mon cousin adoré n’est sérieux que lorsqu’il parle de vins, donc de toutes sortes. Mieux que tout Malien, il connaîtrait le vin, et plus que ceux qui le produisent. Il en serait peut-être le meilleur spécialiste au monde. Alors, je vais aller à l’école de mon cousin, qui semble connaître plus le vin que les Maliens.

Astagfirullah, mon cousin connaît bien les Maliens. Car les Maliens l’aiment bien malgré son penchant pour les choses qui subliment et consument en même temps. Alors, «Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !». Et puis, écoutez, il est un fait : «In vino veritas». En d’autres termes, la vérité est dans le vin.

Et, paradoxalement, comme on le dit chez nous, mon cousin est un «diseur de vérités». C’est pourquoi la majorité des Maliens l’aime à mourir ! Moi non plus !

Issiaka SISSOKO

Source: Le Reporter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

KIOSQUE JOURNAUX
(Sélectionnez un journal pour afficher les articles)

Restez connecté

You are here: