L’œil du Reporter : Le Mali vu sur le plan politique
Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le Mali ressemble à un vaste champ. On espère sur une bonne récolte sans couper au préalable les mauvaises herbes, sans lutter contre les oiseaux prédateurs et les criquets. En plus, ce champ foisonne de serpents, au point de ne plus savoir où mettre les pieds.

Après chaque révolution dans le pays, nous faisons le plein du réservoir de la même vieille voiture, ayant procédé à de toutes petites retouches sur la carrosserie, en gardant toujours l’espoir que cette carcasse ira loin et qu’elle pourra rattraper les autres, voire décrocher le rallye Paris-Dakar. Certes la carcasse brille un peu, mais nous oublions que le moteur est pourri. Voilà pourquoi tous les 20 ans, plutôt sur chaque 20 km, la bagnole tombe en panne très grave.

Les hommes politiques que nous voyons toujours sur scène sont tous des mécaniciens. Ces derniers gagnent toujours gros en faisant semblant de la réparer. Ainsi donc, ils ne souhaitent jamais une nouvelle voiture sur la piste, car dans ce cas, il y aura moins de réparations et beaucoup de mécaniciens seront en chômage.

Ce point de vue est autant pertinent, car non seulement il résume bien la situation actuelle de notre pays, mais il schématise également assez sobrement le drame malien. Ces «mécaniciens» prospèrent grâce à un quasi-verrouillage du système qu’ils ont orchestré, mais aussi à cause de l’analphabétisme et du dénuement de la majorité silencieuse, dont la conscience est, somme toute, facile à acheter à la veille des échéances électorales par quelques billets de banque, de tee-shirts, de tissus et de paquets de thé…

Moustapha Ould Dahi

 

Source: Le Reporter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

KIOSQUE JOURNAUX
(Sélectionnez un journal pour afficher les articles)

Restez connecté

You are here: