Expo d’art de Tim’Arts à la galerie Médina : La reconnaissance des héritiers à l’égard de leurs idoles
Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Du 30 mai au 14 juin 2015, la Galerie Médina (Médina-Coura en face de l’ECICA) abritera une atypique exposition d’œuvres d’art dénommée «ÂMES de MERITE». Il s’agit d’une reconnaissance de jeunes talents à ceux qu’ils considèrent comme leurs idoles, des modèles qui doivent inspirer leur génération. Le vernissage de l’expo a eu lieu dans l’après-midi du samedi, 30 mai 2015, à la Galerie Médina en présence de nombreuses personnalités, dont le célèbre historien Bakary Kamian.

«ÂMES DE MERITE» ! C’est le nom d’une exposition d’œuvres d’art du Groupe Tim’Arts dont le vernissage a eu lieu samedi dernier (30 mai 2015) à la Galerie Médina de notre ami Igo Diarra. C’est un ensemble de tableaux à travers lesquels Mariam Ibrahim Maïga et ses camarades (Fatoumata Aiya Atta Akine, Ibrahim Ballo, Losso Marie-Ange Dakouo, Mohamed Dembélé, Ibrahim Doumbia, Dramane Toloba et Seydou Traoré) rendent hommage à des intellectuels, historiens, artistes-peintres et artistes de scène, entrepreneurs culturels comme Bakary Kamian, Abdoulaye Konaté, Sira Sissoko, Samuel Sidibé, Mamou Daffé, Kandioura Coulibaly, Amahiguéré Dolo, Djimé Diakité, Dr. Salia Mallé, Mouktari Haïdara, Oumar Kamara K, Mamadou Habib Diallo, Malick Sidibé, Kadidia Nienta, Salif Kéïta (musicien) et la jeune artiste et comédienne Fatoumata Diawara.

Excusez du peu ! Âmes de Mérite ? «Le choix du titre de l’expo part du constat que les personnalités que nous avons choisies ne sont pas suffisamment connues du grand public malien comme elles le méritent», explique Mariam Ibrahim Maïga, artiste-peintre, photographe et vidéaste ainsi que promotrice de l’atelier «Tim’Arts» à Baco-Djicoroni ACI. Pour ces jeunes artistes, les idoles ainsi immortalisées sont comme «une âme dans un corps étranger» qui mériterait d’être «reconnue par la nation», ajoute Mariam, timide, mais talentueuse et engagée. Même si elle ne se définit pas encore comme telle, ses dreads rehaussent son charme et lui donne l’allure d’une Rastawoman.

Et comme on peut s’y attendre, «le choix des personnalités n’est pas un fait du hasard», assure Mariam. En effet, ajoute-t-elle, «chaque artiste a fait son choix en fonction de ses sentiments. Ce sont donc des personnalités qui nous ont vraiment marqués, pour qui, nous avons admiration et respect». Le choix est aussi loin d’être exhaustif, car il y a «tellement d’Âmes de Mérite et dans tous les domaines qu’on pourrait remplir les rues de Bamako de tableaux», reconnaît Mariam Ibrahim Maïga, porte-parole de ses jeunes camarades. Il s’agit du travail d’un collectif d’artistes plasticiens sortants ou étudiants du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté du Mali.

Pour le groupe, l’art est un moyen pour eux de partager leurs connaissances afin d’informer le public sur leurs actions, tout en ayant un regard critique sur les maux dont souffre leur société. À travers cette collection, c’est un message que ces jeunes envoient à la société et surtout aux pouvoirs publics. Le culte de l’excellence et la reconnaissance du mérite sont aussi des gages de patriotisme. C’est beau de décerner des médailles à titre posthume, mais l’idéal, c’est de récompenser ceux qui méritent de la patrie, de leur vivant.

Des idoles surprises et émues

Le vernissage à la Galerie Médina a été rehaussé par la présence du doyen Bakary Kamian, Amahiguéré Dolo, Oumar Kamara K, Mamadou Habib Diallo et Salia Mallé. Ils étaient naturellement «émus» et «honorés» par cette reconnaissance de leurs élèves. «Je suis heureux d’avoir été choisi sur le champ de l’honneur. C’est un travail génial que les jeunes ont réussi et je les exhorte à persévérer sur cette noble voie qui est celle de la réussite et de la notoriété», dira Mamadou Habib Diallo.

Amahiguéré Dolo et Dr. Salia Mallé ont abondé dans le même sens, maîtrisant à peine leur émotion. «Je suis ému et surpris. C’est extraordinaire ce que je vois devant moi ici», ajoute Oumar Kamara K. Pour ce dernier, au-delà de la reconnaissance d’une génération à une autre, «Âmes de Mérite» symbolise l’immortalité. Ces personnalités sont ainsi immortalisées de leur vivant. «Je ne me savais pas si important pour qu’un si poignant hommage me soit rendu de mon vivant», a commenté Bakary Kamian. «Je suis flatté et honoré par le travail de ces jeunes talents», ajoute le célèbre historien.

L’autre surprise pour M. Kamian a été l’affluence de la jeunesse au vernissage. «Je suis aussi surpris par cette grande affluence à cette cérémonie. Je ne pensais pas que les jeunes Maliens pouvaient s’intéresser à l’art avec un tel engouement et une telle passion», poursuit ce grand témoin de l’histoire contemporaine du Mali et de l’Afrique. D’ailleurs, profitant de sa formidable mémoire d’éléphant, Bakary Kamian a émerveillé l’assistance par des rappels historiques sur le quartier Médina-Coura, Bamako et le Mali, sur notre histoire coloniale avec la colonisation portugaise, marocaine et française.

Les «immortels» ont ensuite posé devant leurs portraits en compagnie de leurs auteurs, avant un cocktail aussi atypique que l’expo avec des jus de chez nous (gingembre…) et de délicieuses galettes. Cette belle et émouvante reconnaissance de jeunes artistes engagés peut être visitée à la Galerie Médina tous les jours du 30 mai au 14 juin 2015 !

Moussa BOLLY

 

Source: Le Reporter

Commentaires 

 
0 #1 Kira 14-08-2015 06:23
Une fois de plus, mes compliments pour votre site extrêmement bien écrit.


Here is my blog ... musée: http://www.dpreview.com/members/3849109494/overview
Citer | Signaler à l’administrateur
 
KIOSQUE JOURNAUX
(Sélectionnez un journal pour afficher les articles)

Restez connecté

You are here: