Bakary Sako, attaquant des Aigles du Mali : Un leader pour la nouvelle génération des Aigles
Mardi, 05 Mai 2015 17:25 Maliglobe
Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Il est loin d’être l’aîné dans le nouvel effectif en construction par Alain Giresse. Mais Bakary Sako (1,80m pour 76 Kg), puisque c’est de lui qu’il s’agit, prouve à chaque sortie qu’il peut être un bon leader pour la nouvelle génération de talents.

Ce jeune milieu offensif est balaise dans la tête et dans les jambes. Certains voient déjà en lui le successeur de Seydou Kéita Seydoublen. Le 25 mars 2015, le Mali est mené 2-3 par le Gabon en amical se disputant dans la banlieue parisienne. Les Aigles obtiennent un coup franc bien placé, donc l’opportunité d’égaliser. Le revenant Modibo Maïga (Metz) veut tirer, mais se heurte à une polie, mais ferme opposition de Bakary Sako, décidé à prendre ses responsabilités. Le joueur de Wolverhampton ne laisse aucune chance au portier gabonais. Malheureusement, le Mali perd 3-4, faisant ainsi les frais de sa fébrilité défensive. Quelques jours plus tard, le 31 mars, le Mali obtient un penalty face au Ghana qui mène 1-0 en amical. Une fois encore, Bakary s’assume et égalise (71ème minute) d’une audacieuse Panenka.

Ces deux faits ont échappé à peu d’observateurs. Découvert pendant les éliminatoires de la Can «Guinée équatoriale 2015», Bakary Sako ne cesse de marquer des points dans le cœur des supporters des Aigles du Mali. Virevoltant et efficace, ce jeune joueur séduit aussi par son culot. Sans céder au complexe, il dégage une confiance extraordinaire en lui. C’est ainsi qu’avec ses 27 ans célébrés le 26 avril 2015, ce gaucher magique est en train de devenir un élément incontournable de notre sélection nationale senior de football. Pour beaucoup de chroniqueurs sportifs, il a été «le Meilleur Malien» à la Can «Guinée équatoriale 2015».

«C'est une fierté de porter le maillot du pays de mes parents», disait Bakary Sako, meneur de jeu des Aigles du Mali, dans un entretien accordé au quotidien France football (avril 2015). Cette fierté, ce colosse la manifeste depuis qu’il a l’opportunité de porter les couleurs du pays. Même si l’élimination dès le premier tour (par tirage au sort face à la Guinée Conakry) a été une pilule amère à avaler, le jeune meneur de jeu pense qu’il faut «essayer d'avancer. Le Mali a une bonne génération et on va tenter de faire de bonnes choses. On construit sur l'avenir, c’est l’unique solution». Un futur dont il est appelé à être un artisan décisif, car de nombreux observateurs voient en lui le digne successeur de Soumaïla Coulibaly (dont il a le gabarit et les prouesses) et du capitaine Seydou Kéïta dit «Seydoublen».

«Seydou Kéïta est un exemple pour tout le monde…Il a joué avec les plus grands joueurs. Sa carrière est exceptionnelle et on essaye de s'inspirer de son professionnalisme. Il a 35 ans et il est toujours au top. C'est l'icône du football malien et c'est un honneur de jouer avec lui», disait-il récemment dans un entretien publié par France football. À son avis, le retour d’Alain Giresse comme sélectionneur des Aigles du Mali est «une bonne chose», car ce technicien français «connaît déjà la maison». Presque toutes les conditions sont donc réunies pour que le Mali relève vite la tête dans le gotha du football africain. Il ne manque que la paix. «Je sais qu’il y a des discussions actuellement à Alger et j’espère que le pays va vivre en paix et en harmonie», confiait Bakary à la presse française en mars dernier.

Sous contrat avec Wolverhampton jusqu’à la fin de la saison, Bakary Sako a de fortes chances de quitter le club anglais pour un autre club qui évolue de préférence en première division. Brillant avec les Aigles du Mali (depuis les éliminatoires de la Can 2015) et Wolverhampton, ce joueur talentueux est convoité par de grosses écuries françaises comme l’Olympique Lyonnais ou l’Olympique de Marseille.

Le cœur en Angleterre

«J'ai eu de vraies approches avec des grosses écuries de L1. Il y avait bien l'OM, l'OL et Lille…», confirme Bako interrogé par des confrères français. Mais sa préférence va à la Premier League. En effet, rappelle-t-il, «je n’ai qu’un seul et unique but : jouer en Premier League». Et rassurez-vous, «ce n’est pas une question financière. Mais j’apprécie vraiment l’Angleterre et sa mentalité. Je ne suis pas déçu de ce côté-là. Ma priorité reste l’Angleterre. Evidemment, je ferai en fonction des opportunités. Et à ce niveau là, tout est possible», précise le virevoltant gaucher. Sans compter qu’«arrivé en Angleterre, cela a été l'éclosion au niveau de l’efficacité. Ma première saison, ne jouant pas tous les matches, je mets 10 buts et 11 passes décisives. La deuxième fois, 13 buts et 18 passes décisives et là (mars 2015), j'en suis à 12 buts et 8 passes décisives... J'ai des stats (statistiques), c'est ce qui me manquait...», explique le canonnier.

Il faut rappeler que Bakary Sako est né le 26 avril 1988 à Ivry-sur-Seine (Paris, France). Il a été formé à La Berrichonne de Châteauroux. C’est en 2006 que le milieu offensif a signé son premier contrat professionnel qui le lia à ce club pendant trois ans. Son immense talent lui a aussi ouvert les portes de l’équipe de France des moins de 19 ans au sein de laquelle il a disputé le championnat d’Europe 2007. En juillet 2009, pendant le Mercato d’été, Bakary signe un contrat de quatre ans avec l'AS Saint-Etienne pour un montant de près de 3 millions d'euros. Suite à de nombreuses blessures au sein de l'effectif stéphanois, il devient très vite titulaire pendant la première partie de saison. Il inscrit son premier but avec les Verts face à l'Olympique de Marseille en Coupe de la Ligue au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne. La saison suivante (2010-2011), Sako devient un joueur clé du jeu stéphanois notamment grâce à sa vitesse de course. En fin de saison, il est nommé pour le titre de «Meilleur stéphanois» de la saison. Un trophée finalement remporté par Blaise Matuidi aujourd’hui au Paris Saint-Germain (PSG). Titulaire indiscutable, il dispute 39 matches pendant la saison 2011-2012 et marque 6 buts toutes compétitions confondues. Un parcours qui lui vaut des convoitises extérieures et le 29 août 2012, Bakary Sako signe un contrat de trois ans en faveur des Wolverhampton Wanderers. En 2014, il a figuré dans l'équipe type de Football League One en Angleterre.

Il faut aussi souligner que Bakary est le frère de Moriké Sako, joueur de football à Arminia Bielefeld et du rappeur Sako qui est le frère du rappeur «Six Coups MC».

Moussa BOLLY

 

Source: Le Reporter Mag

Mise à jour le Mardi, 05 Mai 2015 17:34

Commentaires 

 
0 #1 Mary 28-08-2017 18:14
Tout est expliqué dans cet article, bravo l'équipe

Here is my web page :: Courtier assurance: http://rukagolova.ru/index.php?title=A-la-recherche-du-meilleur-contrat-dassurance-le-pro-quil-vous-faut-l
Citer | Signaler à l’administrateur
 

Football

Image
Coupe d'Afrique des nations de football 2017
La Coupe d'Afrique des Nations Total, GABON 2017 est la 31e édition de la Coupe d'Afrique des nations de football. La compétition aurait dû se tenir en Libye, mais le pays s'est désisté en raison de sa situation politique interne1. Le Gabon,...
Lire la suite... 0 Commentaires
Image
Kalifa Coulibaly, un Malien qui cartonne en Belgique
Par Marco Martins   Kalifa Coulibaly, l'attaquant malien de Gent, face aux Ukrainiens du Shakhtar Donetsk, en Ligue Europa, le 20 octobre 2016. GENYA SAVILOV / AFP L’international malien Kalifa Coulibaly, attaquant des Belges de Gent, flambe...
Lire la suite... 0 Commentaires
Image
SPORT Kalifa Coulibaly, un Malien qui cartonne en Belgique Par Marco Martins
Kalifa Coulibaly, l'attaquant malien de Gent, face aux Ukrainiens du Shakhtar Donetsk, en Ligue Europa, le 20 octobre 2016. GENYA SAVILOV / AFP L’international malien Kalifa Coulibaly, attaquant des Belges de Gent, flambe actuellement avec son...
Lire la suite... 0 Commentaires
Image
Crise entre la Femafoot et certaines Ligues : La solution du ministre Poulô
Empêtrée dans une crise qui l’oppose à certaines Ligues du championnat national de première division, la Fédération malienne de football (Femafoot) ne sait pas où donner de la tête. Alors qu’elle tient au respect scrupuleux des textes,...
Lire la suite... 0 Commentaires
KIOSQUE JOURNAUX
(Sélectionnez un journal pour afficher les articles)

Restez connecté

You are here:   Football

Culture Sports et Divertissements